26.8.16

autour d'Udaipur

















Envie de quitter la ville et de découvrir la campagne environnante. Nous avons posé nos valises deux jours durant au Krishna Ranch , à 7 kms d'Udaipur. Nous avions réservé deux jours plus tôt. On est venu nous chercher (transfert gratuit) à Udaipur en voiture. Le Krishna, c'est une ferme "eco-friendly" installée en pleine campagne et montée par un couple, Francine et Dinesh, elle néerlandaise, lui indien. Ils élèvent des chevaux et proposent des excursions, à la journée ou sur plusieurs jours.Tristan et Yann ont beaucoup apprécié leur promenade à cheval avec Dinesh (deux heures et demie environ). Dans la cour, se côtoient poules et vaches. C'est un lieu idéal pour se reposer et découvrir les villages environnants. On loge dans des bungalows simples mais confortables. Les repas se prennent sur le toit-terrasse ombragé. Noah et moi sommes tombés malades au cours de notre séjour et nous n'avons donc pas pu profiter autant que nous l'aurions souhaité des environs. Dinesh a été extrêmement attentif et m'a fait conduire à l'hôpital où j'ai été vite et bien soignée.
Avant d'être cloués au lit, nous avons passé une après-midi géniale dans un village découvert au hasard d'une promenade à pied, à une petite heure de la ferme. Nous avons été accueillis par des gens adorables, souriants et bienveillants et deux jeunes mamans nous ont invités à prendre le chai (thé indien, au lait et sucré, à la cardamome et parfois au gingembre) dans leur petite cuisine rose.
Sur le chemin du retour, nous avons traversé un village plus grand, Badi, où de nouveau, nous avons croisé des gens hyper souriants qui, très souvent, m'ont demandé de les prendre en photo. En cette fin d'après-midi, les femmes papotaient entre elles devant leurs maisons, les enfants jouaient dans les rues.

Krishna Ranch :
2500 R/35€ la chambre double, petit-déjeuner compris.
Lunch : 200 R / 2,8€ ; Dîner : 250R / 3,5€
Repas exclusivement végétariens cuisinés essentiellement avec les produits du jardin.
http://www.krishnaranch.com

25.8.16

Udaipur

















Après un très très long voyage en train (23h-15h50) dont une grande partie en couchettes (rubrique "transports" à venir…!) nous arrivons à Udaipur, ville à la magie folle. A taille humaine, elle se déploie autour d'un superbe lac entouré de palais, de havelis, de maisons blanches… Nous avons passé l'essentiel de notre temps à admirer le lac dont la couleur change au fil de la journée. Malheureusement, les rues qui le bordent sont emplies de boutiques pour touristes sans intérêt qui cassent un peu la magie du lieu. Mais plus loin, en s'éloignant du lac, on arrive vite dans des rues délaissées par les touristes où s'alignent de vrais commerces : échoppes, épiceries, laveries, cantines, serruriers… (lorsque le Queen Cafe est sur votre gauche, continuez tout droit, puis tournez à gauche. Géniale balade dans le vrai Udaipur).

Nous avons bien sûr visité le City Palace Museum  (250 R/ 3,5€ par adulte, 100 R/1,4€ pour les 5-18 ans) et nous avons regretté de ne pas avoir pris l'audio-guide, proposé en français. Nous avons découvert aussi le plus modeste Bagore Ki Haveli, où nous étions quasi seuls : vraiment magnifique et assez drôle avec sa partie musée défraîchi.Une visite que nous conseillons vivement.
 Incontournable aussi, la balade en bateau sur le lac. Malheureusement,  il s'est mis à pleuvoir des cordes au moment où nous avons embarqué, le ciel était gris, nous sommes ressortis trempés… Sous le soleil, c'est forcément formidable (300 R/4€ par personne, pour un bateau privatisé. Une demie heure de balade).


dormir à Udaipur :
Nous avons passé deux nuits à l'hôtel Dream Heaven où il restait deux chambres. Une triple, spacieuse, avec balcon et vue à couper le souffle sur le lac (1600 R/22€) et une vue extraordinaire aussi depuis la salle de bain (demandez la chambre 16!). Et une toute petite double, sans fenêtre au rez-de-chaussée (7€). Accueil sympa, très bien située. Et toit -terrasse vraiment agréable, pour siroter un thé ou une bière, selon l'heure de la journée en admirant la vue. Une très chouette adresse à prix mini. Petit-déjeuner non compris. Pas d'eau chaude. Wi-fi sur le toit.
Nous sommes partis en quête d'une piscine pour les enfants. La plupart des hôtels de luxe permettent aux non-clients d'avoir accès à leur piscine. Nous sommes allés prospecter à l'Udai Kothi voisin, mais avons été refroidis par les prix (500R/7€ par personne. Cela fait cher la baignade). Nous en avons profité pour demander le prix des chambres. La responsable est arrivée et nous a proposé deux chambres pour 3000R/42€ chacune, avec petit-déjeuner et accès à la piscine. Adjugé. Nous avons donc décidé d'y passer notre troisième nuit et de profiter d'une après-midi et d'une matinée tranquille au bord de la piscine. Très bel hôtel avec un beau jardin au centre. Piscine et salle de restaurant sur le toit (mais vue bien plus belle depuis le Dream Heaven ! ) Très belles chambres, déco traditionnelle revisitée, lit douillet, et petites attentions qu'on apprécie : peignoirs, savons et gels douches qui sentent bon, bouilloire/thé/café.Une adresse que nous avons grandement appréciée et d'un excellent rapport qualité prix (tarifs hors saison, les prix doublent en octobre/nov/dec). Eau chaude, bien sûr. Wi-fi.
Si vous êtes très riches, passez une nuit au Lake Palace Hotel, l'un des plus célèbre du pays, majestueusement installé au milieu du lac et tout en marbre. Inabordable.
En revanche, le splendide Jagat Niwas Palace est carrément accessible (50€ en basse saison, la chambre double avec vue sur le lac. Moins cher sans vue) et nous aurions adoré passer une nuit dans ce palais blanc surplombant le lac. Hélas, victime de son succès, il était complet. Réservation indispensable à l'avance donc.

manger à Udaipur.
Le petit-déjeuner proposé au Dream Heaven n'est pas terrible mais il faut absolument courir sur le toit-terrasse de l'immeuble voisin, le Millets of Mewar. Un resto vegan (!) où tout est succulent. Nous y avons dîné deux fois et petit-déjeuner une fois (le yaourt au muesli et fruits frais…!!). Un régal. Les salades (tout est lavé à l'eau filtrée) incroyables, les thalis gigantesques… Comme le résume le Routard (que nous n'avions pas encore quand nous avons découvert cette adresse) : "C'est éthique, écolo, pas cher… et délicieux". 1000R/14€ pour un copieux petit-dej pour cinq et même prix pour le dîner.
Nous avons également déjeuné chez une famille.  Yann avait oublié sa caméra en face de la petite épicerie qui jouxte le Dream Heaven et ses propriétaires nous l'avaient mise de côté. Quand nous l'avons récupérée, le monsieur nous a expliqué qu'ils pouvaient nous faire la cuisine. Plats végétariens concoctés par sa femme, ceux à la viande par monsieur. Nous avons commandé un déjeuner végétarien pour le midi même et nous sommes régalés. Il suffit de passer les voir quelques heures avant et de passer commande pour le midi ou le soir. Couple charmant. Et on mange dans une adorable petit pièce rose! (150R/2€ par personne).
Nous avons testé un midi le Queen Cafe, un minuscule (une seule table!) resto familial où nous avons choisi un assortiment de plats végétariens particulièrement originaux (curry/mangue, citrouiile/curry/menthe). Une excellente adresse et prix incroyablement bas (9€ pour 5). La dame parle bien anglais et vous emmènera ensuite visiter sa maison, quelques mètres plus loin, où elle propose des cours de cuisine et vend des épices et fruits séchés. 
Enfin, nous avons adoré notre dîner sur la terrasse du Jagat Niwas Palace (l'hôtel dont je vous parle plus haut). Nous sommes arrivés en fin d'après-midi et avons bénéficié d'une table idéalement placée et d'une vue incroyable sur le lac où nous avons admiré le soleil se coucher. Jolie vaisselle, service impeccable, bonne cuisine et prix raisonnables (50€ pour  5 plats, boissons, deux desserts, nans). Un moment exceptionnel à s'offrir à défaut de dormir sur place!

24.8.16

Mumbai * jours 1 & 2






{dhobi Ghat de Banganga}
{dhobi Ghat principal}





{Dhobi ghat principal}




















{gare de Mumbai}

Deux jours, deux nuits à Mumbai. Un temps nuageux et couvert. Pas mal de pluie. Des trains complets qui nous ont obligés à quitter la ville un jour plus tôt. Nous n'avons pas autant apprécié Mumbai que que lorsque nous l'avions découverte il y a 17 ans.

  Nous sommes allés dans le plus grand dhobi ghat de la ville, une laverie à ciel ouvert où des centaines de personnes, lavent le linge (celui des hôtels, hôpitaux…) à la main. Le dhobi ghat compterait plus de 1000 lavoirs. Le linge est lavé puis étendu, par couleurs. Un lieu fascinant. Malheureusement, impossible d'y entrer sans être poursuivi par quelqu'un qui vous demande de payer un droit d'entrée puis qui s'impose comme guide. Un droit d'entrée (100 roupies/1,40€ personne) qui n'a pas vraiment l'air officiel… Il ne faut pas hésiter à négocier le prix demandé. Nous nous sommes mis d'accord sur un tarif famille (300 roupies)! Le "guide" nous accompagne donc et nous donne quelques explications mais en dix minutes, c'est plié, la visite est finie. Nous avons réussi à lui échapper pour continuer à déambuler tranquillement dans cet incroyable labyrinthe.

Plus tard dans la journée, nous sommes heureux d'avoir retrouvé une plus petite laverie, découverte lors de notre premier séjour, près de Banganga Tank. On passe d'abord devant le réservoir, entouré de marches, que nous avions découvert sous le soleil et dans lequel des habitants venaient faire leurs ablutions. Cet été, mauvais temps oblige, il était déserté et moins magique. Il faut poursuivre la balade en le contournant et on se retrouve alors devant un dhobi ghat à la taille modeste,  mais j'adore cet endroit beaucoup plus confidentiel. Les habitations des familles de laveurs sont adossées aux bassins de lavage, face à la mer. On a l'impression d'un village dans la ville… des ruelles étroites, de minuscules épiceries. Les logements sont en dur mais minuscules. Les portes très souvent sont ouvertes et on surprend des gens endormis ou des hommes repassant le linge armés de fers fonctionnant encore au charbon.

Aller absolument admirer le sublime bâtiment de la gare et observer la vie trépidante du lieu.

Faire un tour sur la plage en début de soirée, c'est assez magique si la météo est avec vous.

Dormir à Mumbai :
Les hôtels à Mumbai sont horriblement chers et il existe assez peu d'hôtels intermédiaires. Grosso modo, on a le choix entre du chic très cher et du vraiment pas terrible pas cher. En préparant le voyage, j'ai longtemps rêvé sur les chambres du Adobe Bombay, mais malgré une offre généreuse de leur part (surclassement pour l'une des deux chambres, lit supplémentaire gratuit…), cela restait vraiment trop onéreux pour cinq (13 000 rpies/180€ + 19% de taxes) les deux chambres, par nuit, petit-dej compris. Nous avons préféré nous laisser le plaisir d'un très bel hôtel plus tard dans le voyage. Mais pour un séjour en amoureux, et donc avec une seule chambre à payer, je n'aurais pas hésité. Allez voir les photos par ICI.
Raisonnables, nous nous sommes rabattus sur l'hôtel Amber. Mais bon, je me suis trompée en notant l'adresse (il y a plusieurs hôtels Amber à Bombay) et nous sommes arrivés de nuit dans un hôtel Amber très très loin du centre!! Nous avons donc plié bagage dès le matin pour le bon hôtel Amber, dans le quartier de Colaba.  Les chambres sont installées au troisième étage d'un très vieil immeuble. Elles sont petites, très simples, mais propres avec climatisation et salle de bain/toilettes dans chaque chambre. Pas de charme, mais du basique, pratique et économique. Tarifs :  2000 R/ 28€ par chambre, sans petit-déjeuner. Très bien situé. Attention, pas facile à trouver pour les taxis!

Manger à Mumbai :
Le café Leopold. Une institution que ce café-restaurant ouvert depuis 1871. A dix minutes à pieds de notre hôtel. Nous y avons pris un petit-déjeuner. Rien d'exceptionnel dans l'assiette (toasts, oeufs…), mais le lieu est agréable et on peut savourer des jus de fruit frais sans crainte d'être malade. Un peu chérot (1500R/20€ pour cinq).
Vihar Coffee house, 524 SVP Road, Opera House. Un resto aux allures de cafétéria moderne, où nous nous sommes arrêtés par hasard pour déjeuner. Un établissement très propre, spécialisé dans les dosa (galettes de brick fourrées) et les uttapam (galettes). Pas cher et bon.  800R/11€ pour cinq.
Le Café Mondegar. Nous y avons déjeuné et dîné, situé quelques mètres après le Leopold Café. Un resto à la déco bistrot-pub chaleureuse. La salle du fond est climatisée. Cuisine indienne et occidentale. Nous n'avons testé que l'indienne et les plats étaient copieux et savoureux. Un établissement visiblement très populaire, il était rempli (d'Indiens à 90%)! Prix très raisonnables.

Quitter Mumbai :
Si vous prenez le train, achetez vos billets dès votre arrivée, car même en basse saison touristique, ils sont souvent complets. Guichet spécial touristes à la gare.

Inde, carnet de voyage. Introduction





Nous avons découvert l'Inde, à deux, il y a 17 ans, à l'occasion d'un voyage d'un mois et demi au Laddakh, puis au Rajasthan, avec une escapade à Varanasi. Nous y sommes retournés deux semaines, toujours à deux, une dizaine d'années plus tard, cette fois dans le sud : Kerala, Cochin, Goa… Un voyage plus doux et plus facile dans une région moins pauvre et tournée vers la mer.
Nous savions que nous retournerions en Inde en famille, mais avec des enfants pas trop jeunes. Le 19 juillet 2016, nous nous sommes donc envolés pour Bombay, avec Noah, presque 16 ans, Marius, 14 ans et Tristan, tout juste 9 ans. Nous avons choisi de leur faire découvrir le Rajasthan et l'incroyable Varanasi. Pour Noah, il n'était pas envisageable de ne pas admirer le Taj Mahal. Nous avons donc fait un saut à Agra. Avant de passer deux jours à Delhi pour conclure ce voyage de 32 jours.
Je vous propose un carnet de voyage : des photos, beaucoup, quelques impressions, des conseils pratiques, des adresses à partager… 
La voyage a été fatigant et parfois un peu dur. Nous avons surtout fréquenté les villes : bruyantes, étouffantes, sales… Circuler dans les rues est une épreuve de chaque instant : éviter les motos, les rickshaws, les vaches. Marcher dans la gadoue (mousson oblige) et les détritus, le tout par une grosse chaleur. Mais on s'habitue vite aux klaxons incessants et à cette frénésie. On apprend à circuler et à slalomer sans difficulté et à ne pas s'énerver car c'est complètement l'Inde. On lève les yeux de nos tongs boueuses pour rendre leurs saluts et leurs sourires à des Indiens toujours prêts à vous aider, pour admirer les saris multicolores des femmes… Il suffit de passer la tête dans n'importe quelle maison ou échoppe pour découvrir un bout de mur qui ressemble à un tableau. En Inde, le beau vous saute aux yeux en permanence. C'est un pays rempli de paradoxes qui bouscule nos repères d'européens. Il faudrait passer des années là-bas et beaucoup discuter et échanger pour commencer à y comprendre quelque chose. Je pense à ces milliers d'hommes décharnés qui, à Delhi, pédalent sur des rickshaws par une chaleur suffocante, puis dorment sur leur outil de travail et dont la vision constitue un vrai choc pour nous. Il ne nous est pas possible de nous faire transporter à la sueur d'un homme. Mais les Indiens les empruntent quotidiennement, n'hésitant pas à embarquer avec eux un énorme chargement. Nous avons été surpris aussi en parcourant les campagnes de voir tant de femmes à effectuer les durs travaux des champs et les hommes, pour beaucoup, buvant du thé devant des échoppes de bord de route attendant que le temps passe…Le rapport au temps semble complètement différent du notre.
Voyager en Inde, c'est plonger dans un autre monde, dont on apprend à connaître des bribes au fil des rencontres et des observations. Mais qui pour de simples touristes comme nous, reste un grand mystère. 

10.8.16

India


En attendant le carnet de voyage de ces 5 semaines en Inde à partir du 25 août, suivez notre voyage au jour le jour ou presque (photos d'iPhone 4 uniquement ) sur instagram : pivoinerose7. 
Les photos prises avec un "vrai" appareil seront publiées ici!
Bon été!!
Audrey

2.7.16

In the mood for…Porto



Je suis heureuse de vous présenter le petit deuxième de la collection In the mood…  qui vous emmène à Porto. Une semaine à deux en avril 2015, puis une autre semaine en avril 2016. Un rythme intensif pour tester restos midi & soir, cafés, boutiques, brocantes…Pour prendre d'autres photos aussi. Et voici mes adresses préférées, de la cantine au resto gastronomique, de la petite épicerie à la belle boutique de déco. Et aussi, trois bed &breakfast testés pour vous, des propositions de balades au bord de l'océan ou autour de l'architecture. 96 pages, un format conçu pour se glisser dans le sac (15X21cm), une couverture cartonnée pour résister au voyage. Un livre que j'ai voulu aussi utile que joli (bien aidée par Else : maquette & graphisme et par Lise : plans de quartier). J'espère qu'il vous séduira!

Vous pouvez le commander par ici : www.inthemoodfor.tictail.com

Ou aller l'acheter par là :
Paris : Artazart (10e), librairie Voyageurs du Monde (2e), Good Manners (12e)
Nantes : L'atelier du Petit Parc
Rennes : Ariane la librairie du voyage
Le Touquet : Nina
Lyon : librairie Raconte moi la Terre
Suisse : Sérendipité
Belgique: librairie Candide
en ligne : Milk & Paper

et bientôt aussi à Porto...

Si vous souhaitez être déposant, ce sera avec plaisir. N'hésitez pas à me contacter!










































30.3.16

un week-end autour de Bruxelles






































Un week-end de trois jours dans une nature superbe et reposante… Et quelques très bonnes adresses aux alentours à une demie heure seulement de la capitale. Adresses conseillées par Morgane.

Restaurant :
"Le Little Paris". Non pas que Paris nous ait manqué en trois jours, mais d'après Morgane c'est de loin le meilleur resto du coin. Après avoir fait des pizzas (maison!) aux enfants et les avoir abandonnés devant un film, nous sommes allés dîner à deux au Little Paris. Le cadre est assez moderne et pas très chaleureux, mais l'ambiance est joyeuse et décontractée : repas de famille ou entre copains… On sent que le lieu est rempli d'habitués comme nos voisins de table fort sympathiques, des Parisiens installés en Belgique depuis quinze ans, et fans de la cuisine du Chef Arold (un Français!) fort d'une riche expérience et bardé de récompenses : meilleur traiteur de Paris en 2009 par le Gault&Millau et découverte de l’année pour Little Paris par Gault&Millau l'an dernier. On peut opter pour une belle sélection de tapas, mais nous nous sommes tournés vers le menu à la carte. Je me suis régalée d'un incroyable ris de veau, un plat que je choisis très rarement au restaurant. Mon dessert était bon mais moins convaincant mais mon voisin ne s'est pas remis de sa ganache au chocolat, arrosée d'un filet d'huile d'olive et de sel…
Réservation indispensable, le restaurant était comble en ce samedi soir.
Côté tarifs, 8-12€ pour les tapas, 20-30€ pour les plats, 6-8€ pour les desserts.
89 chaussée de Bruxelles, à Waterloo.

Brocante
Tous les dimanches matins, immense brocante sur le parking de Carrefour, à Waterloo. C'est ici que les brocanteurs de Bruxelles pour beaucoup viennent s'approvisionner, débarquant dès 4 ou 5 heures du matin, lampe torche à la main, pour fouiller dans les camions avant même le déballage. Nous, c'est vers 8h que nous sommes arrivés. Et sommes repartis presque bredouilles… : deux verres Sprite (2€) et un livre de cuisine en flamand à la belle couverture (1€). Super brocante mais ce jour-là, pas de trouvailles! Un brin frustrant mais c'est le principe de la brocante. Une pétition a été lancée car la brocante est menacée de fermeture dès fin avril.


Boulangeries
La ferme du Hameau du Roy. Ouverte du mardi au dimanche.  Un très beau bâtiment, une salle immense et plein de variétés de pains aussi appétissants les uns que les autres, des pâtisseries, des brioches…une odeur de folie, une envie de se jeter sur les croissants puis sur les fines tartelettes aux pommes. Le royaume de la tentation. Nous avons acheté ici nos chocolats de Pâques (très bons et jolis comme tout), du pain et un délicieux craquelin pour le goûter (brioche au sucre. à ne pas confondre avec le Cramique qui est aux raisins, ni avec le cramelin qui mêle les deux).  Un régal.

Lundi, c'est chez Michel dans le très très joli village d'Ohain (avec ses maisons en briques peintes en blanc) que nous nous sommes régalés. Et encore un craquelin (un chouia moins bon que celui du Hameau du Roy mais il frisait la perfection) mais bien fameux quand même, il n'en reste pas une miette. Et Marius, spécialiste de l'éclair au café, a trouvé le sien fameux. 

Et pas eu le temps de passer à l'outlet Bellerose (30% sur les anciennes collections), également à Waterloo.

Musée :
Quatre fans de Tintin dans la famille, dont Tristan qui dévore les albums avec bonheur depuis quelques semaines. Dimanche, nous sommes donc allés en famille au musée Hergé, à Louvain. Je l'avoue, je n'ai jamais lu un seul Tintin et la visite ne m'a pas passionnée. Mais mes Tintinophiles ont adoré. L'audio-guide (compris dans le prix dans l'entrée) délivre des infos intéressantes : des anecdotes comme des éléments plus pointus. Et il propose régulièrement de petits jeux aux enfants pour tester leurs connaissances. Le lieu est très agréable, aéré, vaste, moderne. On y passe facilement deux heures.
Ouvert tous les jours, sauf les lundis, le 25 décembre et le 1er janvier. L'entrée est gratuite le 1er dimanche du mois. Sinon,  5€ (7-14 ans), 9,50 € (adulte), 7€ (tarif étudiant, carte famille nombreuse…), gratuit pour les moins de 7 ans.
Accès en voiture/train/système de navette depuis Bruxelles.